Un goût de Gin?

"Un goût de Gin, sans sucre, sans alcool": cette expression décrit de la manière la plus simple possible le pari un peu fou dans lequel nous nous sommes lancés il y a quelques mois.

 

En réalité, lorsque nous avons commencé à réfléchir à la recette, nous ne nous sommes pas dit qu'il fallait impérativement ressembler à un Gin. Nous ne voulions pas être la version dégradée, la version "régime", sans odeur ni saveur, d'une boisson qui serait, parce qu'alcoolisée, beaucoup plus subtile.

 

Nous voulions prouver qu'on peut faire de très belles choses, sophistiquées, relevées, sans sucre, et sans alcool. JNPR n'est pas alcoolisé, puis désalcoolisé dans le sens où on enlèverait l'alcool à la toute fin, nous avons  un processus de fabrication à part, dans lequel nous distillons nos botaniques. 

 

Mais quel est donc le goût de JNPR? Au début, je répondais en décrivant le goût très floral, méditerranéen, la longueur en bouche...

 

"Mais encore?"... Alors forcément, avec la baie de genièvre comme ingrédient principal, le mélange de botaniques, le goût le plus proche si on cherche à faire des rapprochements... c'est peut-être bien celui du Gin, pour parler comme une normande.

 

Je comprends que cela a un côté rassurant de pouvoir faire des associations et de ne pas faire un grand saut dans l'inconnu en goûtant JNPR n°1.

 

Je comprends aussi quand on me dit que ce qui ressemble le plus au Gin ce n'est pas le goût, mais le rituel, ou encore que cela ressemble vraiment au Gin Heindrick's quand c'est mélangé à un tonic ;-).

 

Je comprends, car je pense que le goût, c'est très personnel. Finalement, cette description: "un goût de Gin, sans sucre, sans alcool", a les défauts de ses qualités: elle est sûrement réductrice mais elle permet de saisir de manière simple l'essence du projet. Je serais vraiment ravie de pouvoir recueillir vos impressions sur ce sujet.